• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14

Voilà bientôt 10 ans que j’accompagne de près ou de loin, mon fils de 28 ans atteint de schizophrénie.

 

Les premières années, c’était tellement difficile de trouver quelqu’un à qui en parler et surtout quelqu’un qui me comprendrait, je me sentais très isolée et très seule. Combien de chemin parcouru depuis le jour où j’ai dû admettre que mon fils avait de graves problèmes, depuis le jour où j’ai appris le nom de sa maladie et… jusqu’au jour où je suis arrivée à l’Éclusier.

Cette démarche auprès de l’Éclusier m’a vraiment aidé à faire le « ménage» dans mes émotions. Tant par la compréhension que par l’acceptation, je me rends compte aujourd’hui que ma qualité de vie s’est grandement améliorée. Je vis de plus en plus en harmonie avec mes pensées, mes sentiments, mes émotions, je suis en paix avec moi-même. Cette démarche commence aussi à porter fruit dans ma relation avec mon fils. J’ai appris à penser à moi et j’essaie de le mettre en pratique le plus souvent possible. Je retrouve mon énergie en me centrant sur moi, soit en faisant des activités ou en participant à des ateliers, tout ceci comble plusieurs de mes besoins. Voyager, m’a aussi permis de découvrir que la vie est vraiment belle si je me donne la peine de regarder autour de moi.

               Juin 2004                                             Francine Lefrançois